Rechercher
  • SOWIT

L'assurance indicielle, facteur d'émergence de l'agriculture africaine

Mis à jour : juil. 5

Une technologie qui favorise l’intensification durable des cultures


Autrefois, l’agriculture était considérée comme un des secteurs les plus risqués à assurer du fait de son caractère imprédictible et des nombreux risques encourus par les agriculteurs, au premier lieu climatique, ainsi que les méthodes de culture qui tardent à se moderniser.

L’avènement de l’agriculture de précision ces dernières années, prônant un pilotage des cultures par la donnée, en permettant aux exploitants agricoles de suivre, surveiller et gérer leurs parcelles, réduit considérablement l’incertitude et homogénéise les pratiques autours de standards validés par la recherche scientifique.

Les nouveaux modèles agronomiques alimentés par l’IA (Intelligence Artificielle) et par l’imagerie satellitaire, fournissent des informations précises sur les cycles de cultures en cours, en temps réel, permettant ainsi aux institutions financières de mieux comprendre leurs clients, et aux agriculteurs d’avoir accès à des crédits, des assurances ainsi que des services de qualité.



Une technologie qui protège l’agriculteur africain


En Afrique, il existe environ 33 millions de petites exploitations agricoles, qui contribuent à 70% de l’approvisionnement alimentaire. Cependant une très grande majorité d’entre eux n’ont accès ni aux financements, ni aux assurances adaptées. Tous les ans, les petits agriculteurs sont touchés par divers risques climatiques (sécheresse, grêle, inondations, etc.) d’amplitudes importantes, qui mettent en péril les exploitations touchées, et par la même l’approvisionnement de la chaine alimentaire.


L’agriculture de précision, au travers du suivi en temps réel et de la capacité prédictive qu’elle apporte, permet le développement de nouveaux produits d’assurance indicielle dont la mise à l’échelle est simple, et surtout, accessibles aux petits exploitants.



Une technologie pour améliorer les processus de gestion


L’assurance indicielle se base sur des modèles mathématiques utilisant des paramètres objectifs et accessibles à tous. Les premiers produits d’assurance paramétrique concernaient principalement le climat et reposaient sur des indices simples tels que le cumul de pluies, le cumul de température, ou une combinaison de plusieurs de ces variables.

Lorsqu’un seuil prédéfini est dépassé, l’assurance est automatiquement déclenchée, et les sinistres sont payés dans la foulée. Ceci permet une réduction non négligeable des chargements liés à l’expertise et à la gestion dans le calcul de la prime d’assurance.


L’accélération du paiement des sinistres permet également aux petits exploitants de ne pas perdre de temps en procédures administratives, mais de se concentrer sur leurs opérations culturales et d’utiliser les montants récupérés pour combler leurs manques à gagner en replantant, ou en mettant en place de nouvelles cultures pour éviter de tomber dans le cercle vicieux de l’appauvrissement.



Une technologie qui sublime les processus classiques


Les processus classiques d’assurance (Client / Assureur / Courtier / Expert) ont imprégné la population du fait de la multiplicité de ces produits dans la vie courante. De la souscription à la gestion des sinistres, l’assuré est habitué à un processus standard qui maintenant est remis en question par les produits indiciels.


La vente d’un produit de ce type à un exploitant en Afrique nécessite un accompagnement initial, dont l’objectif est d’expliquer le fonctionnement qui à premiere vue peut apparaître abstrait. En particulier, l’absence d’expertise sur le terrain, qui implique un gain en homogénéité et en coût, car celle-ci mobilisait des experts dont les approches pouvait varier. Un expert aura, en effet, du mal à déterminer le rendement d’un verger d’agrumes de 100 hectares en une seule visite et doit se baser sur de bien laborieux échantillonnages aléatoires difficilement exhaustifs.



L’intelligence artificielle s'appuyant sur les images aériennes ou smartphone a, de ce point de vue, permis des avancées majeures permettant d’avoir une mesure très précise et quasi-immédiate de l’hétérogénéité et de la performance d'une parcelle. La technologie d'estimation de rendement ne change pas les processus mis en place, au contraire, elle les optimise en améliorant de manière significative l’expertise pour ressortir avec une mesure précise et homogène qui fait converger l’assureur et l’agriculteur.















31 vues0 commentaire